L'universalité du Yoga

Une pratique pour tous


Derrière le mot "Yoga" se cache une multitude d'outils, de pratiques spirituelles et un véritable chemin de vie. C'est un mot sanskrit (la langue ancienne sacrée de l'Inde) qui signifie "union". Le but du Yoga est en effet d'unir et d'harmoniser les différentes facettes de notre Être afin de fondre notre conscience individuelle à la conscience cosmique, le tout, le retour à ce qui ne fait qu'un.
Il a commencé à être développé dès le XVème siècle avant Jésus-Christ, transmis principalement oralement. Ce n'est que bien plus tard, aux environs de -250 à 450 après J-C qu'un sage Indien, Patanjali, codifie par écrit sa philosophie dans ce qui est encore connu de nos jours comme les "Yoga-sutras de Patanjali", texte de base et carte directrice du Yoga.

Principalement développé et conservé en Inde depuis très longtemps, nous pouvons y trouver de nombreuses références à la riche culture indienne. Certains occidentaux, sous prétexte de nous adapter cette pratique, l'ont totalement dépouillé de toute sa profondeur spirituelle. Nous assistons actuellement au développement d'une multitude d'approches où les pratiques corporelles sont survalorisées en y joignant parfois des divertissements totalement inutiles.
Pourtant, l'enseignement du Yoga en occident peut respecter la tradition sans chercher à imiter l'Inde à tout prix. Il peut nous être adapté sans être vidé de sa substance. Le passé en témoigne, d'autres formes de Yoga étant apparu un peu partout de par le monde. Par exemple dans l'Égypte ancienne, au Tibet ou encore chez nous en Europe avec les Celtes et le Druidisme. La différence vient du fait que seule l'Inde et son nombre élevé de pratiquants ont su conserver ses enseignements en passant d'une tradition exclusivement orale à écrite. Mais nous pouvons aisément penser voir constater que chez nous l'histoire ait vu passer, qu'ils aient été connus ou non, des hommes et des femmes spirituellement avancés dont l'expérience et les connaissances égalaient au moins celles des yogis indiens.



Représentation de ce qui s'apparente à une posture de méditation sur un objet d'origine Celte,
(détail d'un panneau intérieur du chaudron de Gundestrup, Musée national du Danemark, Copenhague).

Nous devons prendre conscience qu'il n'est pas nécessaire de vivre comme en Inde ou de nous imposer une culture sous prétexte qu'on pratique le Yoga. Il reste un outil universel adaptable à chacun. Nous devons savoir regarder au-delà de la forme en faisant preuve de bon sens, en nous appropriant les pratiques, en sachant prendre du recul quand cela est nécessaire et en gardant à l'esprit que seul le fond, qui nous intéresse, est commun à toute l'humanité : la pure conscience.

Pour illustrer cette universalité, nous pouvons citer un exemple flagrant : le Mudra Namaskara, paumes des mains jointes, adopté d'instinct par tous les humains aux quatre coins de la planète. Il est prouvé scientifiquement qu'il induit un état de concentration et favorise l'intériorité.
Qui n'a jamais placé ses mains l'une contre l'autre pour prier ou simplement réfléchir ?!

Swami Niranjanananda, dans son ouvrage "Yoga Darshan", explique clairement l'universalité du Yoga via le chapitre "Le Yoga du Bon Sens" :

"Le Yoga représente la culture de demain. Cette science s'occupe du développement de la personnalité humaine et conduit à l'exploration des sources d'énergie latentes, présentes à l'intérieur du cerveau et du mental. La pratique du Yoga n'est pas quelque chose de nouveau. Les anciens rishis, les Saints et les sages en parlent depuis cinq mille ans. Ils l'ont présenté non comme une religion ou une philosophie, mais comme une façon de vivre qui favorise l'épanouissement et l'éveil de notre conscience et de notre énergie.
Les anciennes civilisations d'Amérique du Sud, d'Europe du Nord, d'Égypte et d'Afrique avaient coutume de pratiquer le Yoga. Ces techniques ont été représentées de différentes manières dans l'expression artistique du passé, et certains livres traditionnels les mentionnent également. En examinant l'art et la littérature de ces peuples, nous découvrons qu'ils utilisaient déjà les pratiques yoguiques connues de nos jours. Concernant la recherche intérieure et l'introversion de la conscience, ils retenaient davantage les aspects mental et spirituel du Yoga que ses côtés physique et thérapeutique. Ces civilisations ont disparu à la suite de catastrophes naturelles, de guerres ou de politiques coloniales. Malgré tout, le Yoga fut préservé d'une façon ou d'une autre en Inde. Aujourd'hui encore, c'est depuis ce pays qu'il renaît. Néanmoins, le Yoga n'est pas indien. À l'Inde revient le mérite de l'avoir conservé, mais il est de notre devoir de le comprendre sous sa forme universelle."

Nous terminerons, afin de mettre en évidence une fois de plus ce socle commun à tous, par quelques exemples de convergences entre la métaphysique non-dualiste de l'Inde et la Parole d'Évangile du Christianisme*:

"Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux !"
(Matthieu, V : 3)
"Qui abandonne tous les désirs et vit et agit libre de tout appétit, qui n'a ni "moi", ni "mien",
celui-là parvient à la Paix suprême"

(Bhagavad Gîtâ, II, 71)

"Il est plus aisé qu'un chameau passe par le trou d'une aiguille, qu'il ne l'est qu'un riche entre
dans le Royaume de Dieu"

(Matthieu, XIX : 24)
"Même en pensée, il n'y a aucun espoir d'atteindre l'immortalité par la richesse"
(Brihadârankaya Upanishad, II, IV, 2)

"La poussière retourne à la poussière qu'elle était, et l'Esprit à Dieu qui l'a donné"
(Ecclésiaste, XII : 7)
"De même que les oiseaux regagnent l'arbre qui les abrite, de même tout retourne au Soi suprême"
(Prashna Upanishad, IV, 7)

Chacun a sa place dans le Yoga !

*Tirés du livre "Dieu en Soi", textes rassemblés et présentés par Robert Caputo et Constant Verdu.